SAÏDA ROYAUME DES EAUX

L’eau et la Ville de Saïda ont une histoire, une histoire où le passé et le présent s’enchainent et pourquoi pas ? - puisque l’eau, un don du ciel, fera longtemps sa raison d’être depuis les temps reculés de l’Histoire qu’a connu cette merveilleuse contrée…
Aujourd’hui cette région s’est associée à cette eau minérale si célèbre qui porte le nom de la Ville des eaux.
Au début de l'histoire, l'homme s’est installé d’abord dans la région, à l'âge de pierre et s’est retiré dans des zones défensives, à proximité des vallées et des cascades endroits propices à la stabilité et à la vie, ce qui nous projette aux grottes de Tifrit et l’affluent de Saïda et Ain El Manaâ, distante à prés de 20 km de la Ville.
Puis en l'an 203 avant J.C., les Romains ont conquis la région et se sont emparés des sources d’eau pour établir leurs camps à l’exemple de "Timziouine" situé dans la Daira de Youb qui a bénéficié récemment d'un projet de restauration des ruines et vestiges , où les Romains ont bâti les bains près de Oued Barbour et ses eaux souterraines, et un campement militaire près de Oued Hounet …les Romains se sont fixés dans la région jusqu'au quatrième siècle de notre ère.
Au quatrième siècle de l’Hégire, après la conquête islamique, le nom de (Haz Saida) était conféré à la région en rapport à Hammam Sidi Aissa.
Au 12ème après J.C., le nom de Saïda revient en relation avec le nom de l’Oued qui traverse la ville qui porte l’appellation de Saïd suivant les étapes de stabilité des Banou Hilal.
L’Emir Abdelkader s’est également établi dans la région entre 1836 et 1839 et a fait de l'ancienne ville de Saida, situé sur les rives de l'Oued Saida son émirat et le siège de son armée jusqu'à son occupation par le colonisateur français en 1841.
Après l'indépendance , le nom de Saida brilla de nouveau en détenant le titre de premier producteur de l’eau minérale dans le pays après la création de la première usine d’eau minérale non gazeuse 1967 en plus de la Station Thermale de Hammam Rabbi située à 11 Km de la Ville sur l'axe Saida – Oran, mise en exploitation de puis 1970, ce qui a redoré le blason de Saida et a contribué à la renommée de la région.
Actuellement, la wilaya de Saida renferme plus de 17 sources d'eau minérale et thermale dont les plus connus sont :
Saida ,Sefid, Ain Branis, Ain Zerka, Ain El Manaâ , Oum Arkhaim, Fid Erraml , Zarkat …
Ainsi que les sources thermales telles que Hammam Rabbi, Sidi Aissa et Ain Skhouna …
Ce qui a fait de Saida, ville des eaux, le Royaume de l’eau…

SAIDA WILAYA DES EAUX THERMALES - EAUX MINERALES
La wilaya de Saida recèle plusieurs gisements d’eaux thermales, dont trois (03) sites retiennent particulièrement l’attention des visiteurs, à savoir :
•La source d’Ain Skhouna : situé à 90 km de la ville de Saida (débit 80 l/s ; T = 50°C). Lesanalyses soulignent que les eaux des calcaires sont de bonne qualité, les résidus secs étant de1,6 gramme par litre. Il y a lieu de souligner qu’Ain Skhouna existe depuis 1947. Actuellement, ces eaux thermales sont de gestion traditionnelle, avec un seul hôtel de capacité d'accueil de 60 lits.
Les études d’aménagement envisagent de lui donner une dimension nationale, avec des projets de complexes allant jusqu'à une capacité de 1 000 lits, répartie entre villas et bungalows.
•Sources de Hammam-Rabbi : située à 11 km de la ville de Saïda", (débit 6 l/s ; T= 46°C), exploitée en station thermale ayant une capacité hôtelière de 64 lits, cette station est sise à 6 Km de Saida ;
•Sources de Sidi Aissa : située à 14 km de la ville de Saïda", (débit 7 l/s; T = 47°C), site exploité également pour traitement thérapeutique, mais à utilisation traditionnelle et sans infrastructure hôtelière.
•Les sources d'eau douce: La plus part des sources ont un débit inférieur à 1 l/s, cependant il existe prés d’une vingtaine de sources dont le débit moyen est compris entre 5 et 50 l /s, (Ain Soltane, Ain-El-Hadjar, Tebouda) et d’autres à débit très important (Ain Zergua,Ouanguel).
•Les sources minérales : Saïda dispose d'une importante ressource en eau, dont la renommée a dépassé les frontières de la wilaya. Il s'agit de l'eau mise en bouteille «Saïda», (qui signifie l'heureuse), commercialisée dans tout le pays. Globalement cela peut se résumer par la présence de deux nappes de grande importance, à savoir :
- La nappe des eaux minérales de Saida : estimée à 350 l/s, alimentant en eau potable l'usine de mise en bouteille, la ville de Saida-Rebahia et la zone industrielle.
- La nappe des Monts de Saida (massif calcairo-dolomitique), affleurant par des sources jaillissantes à travers les espaces montagneux, notamment au niveau de la région de Sfid.
- La nappe du Chott Ech Chergui : A caractère thermominéral, ces eaux sont actuellement exploitées uniquement pour préserver les eaux minérales de Saida, en procédant à un transfert de 500 l/s à partir du Chott vers l'axe Sidi Ahmed-Saida.
Figure 11. Source d’Ain Skhouna (80 l/s Figure 12. Forage artésien captant l’aquifère Thermominérale. Bajo- bathonien D'autres ressources hydriques de la wilaya (nappes d'Oued Falette et Oum-Doud), où il a été révélé que la qualité de leurs eaux étaient la même que celles des eaux minérales de Saida.
Enfin, l’hydrographie du territoire de la wilaya est constituée de plusieurs bassins superficiels ou l’écoulement se fait en général du sud vers le Nord à l’exception de bassin du Chott Chergui quidraine les eaux vers le sud.

Le Président

Espace Pub

Contactez l'Office

Situation géographique du wilaya de Saïda